Skip over navigation

Expérience des patients

À L’Hôpital d’Ottawa, nous avons amorcé un virage pour devenir un chef de file en ce qui concerne la qualité des soins et la sécurité des patients. Pour faire partie du 10 % des hôpitaux les plus performants en Amérique du Nord, nous avons mis en œuvre trois tactiques visant à transformer nos services afin d’en améliorer la qualité et de réduire les coûts.

  1. Tournées horaires : Ces tournées, qui comportent huit étapes spécifiques, assurent aux patients la visite d’une infirmière toutes les heures entre 6 h et 22 h, et toutes les heures ou toutes les deux heures de 22 h à 6 h.
  2. Compte rendu au chevet du patient : Cette pratique vise à renforcer la communication et normaliser les échanges entre les infirmières au chevet du patient lors du changement de quart, ce qui, en retour, améliore la qualité des soins et la sécurité du patient. La démarche comprend un compte rendu oral, une vérification de sécurité dans la chambre, la mise à jour du tableau de soins et la signature du transfert de responsabilité. Le tableau de soins est un tableau effaçable situé dans la chambre du patient. Il contient des renseignements de base qui sont mis à jour régulièrement pour que chaque membre de l’équipe de soins, le patient et sa famille puissent comprendre rapidement et facilement les soins dispensés.
  3. Appels de suivi : Ces appels ont trois buts : cerner les aspects à améliorer en matière de sécurité et de qualité des soins, réduire les réadmissions et rehausser la satisfaction du patient. Nous avons également commencé à mettre à l’essai le logiciel Patient Call Manager pour faire les appels de suivi.

Lancement du programme d’exercice et d’information pour les patients atteints d’arthrite de la hanche et du genou

Cette année, nous avons lancé le CHAKC (Conservative Hip And Knee Class), un programme de quatre semaines destiné aux patients atteints d’arthrite de la hanche et du genou qui attendent un traitement ou une chirurgie. Six participants se rendent deux fois par semaine au Campus Riverside pour suivre un circuit de gymnastique d’une heure suivi d’une séance d’information dirigée par un assistant du physiothérapeute ou un assistant en réadaptation, sous la supervision d’un physiothérapeute. Le programme met l’accent sur la prise en charge, les exercices sécuritaires, le contrôle de la douleur et la marche. On y présente aussi des stratégies permettant aux participants de continuer les exercices une fois le programme terminé. Depuis le tout premier cours en juin 2011, plus de 80 patients ont participé au programme. Les résultats parlent d’eux-mêmes : certains patients ont même retardé ou annulé leur chirurgie qu’ils ne jugeaient plus nécessaire. Les participants apprécient également les rencontres de groupe, qu’ils trouvent très motivantes. Grâce à ces rencontres, ils apprennent à faire de l’exercice en toute sécurité, sans qu’il y ait de répercussion importante, et ils n’ont plus l’impression d’être seuls.

Ouverture des installations CANVent

Cette année, nous avons célébré la grande ouverture des installations CANVent, un programme novateur qui permet d’éviter l’hospitalisation de patients très susceptibles d’avoir de graves complications à la suite de simples infections des voies respiratoires supérieures. Le programme offre un soutien crucial aux personnes qui risquent de se retrouver à l’urgence ou d’être hospitalisées aux soins critiques à la suite d’une affection en apparence bénigne. Grâce à une plus grande sensibilisation des équipes de soins, les patients sont identifiés, orientés et évalués pour déterminer les risques d’insuffisance respiratoire, de perturbation respiratoire liée au sommeil et de dégagement limité des voies respiratoires. Des stratégies simples mais efficaces sont enseignées aux patients et aux soignants afin de reconnaître la maladie, d’accroître les capacités de toux et d’assurer le dégagement des voies respiratoires. Uniques à L’HO, les installations CANVent ont été utilisées pour traiter des patients qui venaient d’aussi loin que Toronto.

Traitement de l’endométriose : Excellence au palier national

Les femmes atteintes d’endométriose souffrent souvent en silence de douleur et d’infertilité, sans montrer de signes extérieurs. En recevant de l’information, du soutien et des conseils, ces femmes peuvent considérablement améliorer leur qualité de vie. Pourtant, l’expertise dans ce domaine demeure extrêmement limitée. À L’Hôpital d’Ottawa, nous avons conçu une nouvelle façon d’aider ces femmes à reprendre en main leur vie. La Clinique de la douleur et les services d’imagerie médicale, de chirurgie générale, d’urologie et de gynécologie, qui ont tous reçu de nombreuses patientes atteintes d’endométriose, ont commencé à collaborer pour offrir de meilleurs soins. Sous la direction de la Division de chirurgie mini-invasive du Département d’obstétrique, de gynécologie et de soins aux nouveau-nés, les cas complexes de douleur, d’infertilité et d’affection profonde des organes sont gérés selon les principes d’excellence en soins chirurgicaux et médicaux comme nulle part ailleurs au Canada. Le Centre de santé pour les femmes Shirley E. Greenberg offre des consultations gynécologiques spécifiquement conçues pour les cas chirurgicaux difficiles. Ce sont deux infirmières dédiées à cette initiative depuis cinq ans qui organisent les consultations. Au cours de la dernière année, certains membres du personnel ont été reconnus à l’échelle nationale et internationale pour leur leadership au chapitre de la formation et des soins : le Dr Sony Sukhbir Singh a reçu le prix du président de l’Association des professeurs d’obstétrique et de gynécologie du Canada pour son engagement inlassable et son apport inestimable à la formation en gynécologie, tandis que les Drs Karine Lortie et Hassan Shenassa se sont démarqués pour l’excellence de leur recherche à l’échelle nationale et leur leadership en formation chirurgicale à l’échelle internationale grâce à leurs projets qui ont transcendé les frontières et sont maintenant appliqués aux États-Unis et dans des pays d’Afrique.

Langue des signes dans le site Web de L’HO

À L’Hôpital d’Ottawa, nous voulons fournir aux patients un meilleur accès à l’information dont ils ont besoin afin de leur dispenser les meilleurs soins possible. C’est pourquoi nous présentons maintenant plusieurs portions clés de notre site Web en langue des signes. Nous sommes le premier établissement de santé à le faire. Depuis quelques années, nous nous employons à détecter, éliminer et prévenir les obstacles qui empêchent les personnes ayant une incapacité d’obtenir les services de santé dont elles ont besoin. Aujourd’hui, L’HO fait figure de pionnier en offrant plusieurs portions clés de son site Web dans la langue des signes québécoise (LSQ) et en American Sign Language (ASL). Grâce aux services d’interprétation de la Société canadienne de l’ouïe, nous présentons maintenant notre message d’accueil, les heures et la politique de visite, le temps d’attente à l’urgence, ainsi que la page d’accessibilité et de commentaires en LSQ et en ASL. La quantité d’information offerte en langue des signes devrait d’ailleurs augmenter au fil du temps.

Déploiement du Modèle de soins interprofessionnels de L’Hôpital d’Ottawa©

Au cours de la dernière année, nous avons déployé le Modèle de soins interprofessionnels de L’Hôpital d’Ottawa© au sein de 90 équipes réparties dans les cinq sites de l’Hôpital. Le Modèle définit le rôle des professionnels de la santé de différentes disciplines dans les soins offerts aux patients. Il tient compte des compétences de base, de la collaboration interdisciplinaire, de notre philosophie d’offrir des soins centrés sur le patient et des grandes orientations stratégiques de l’Hôpital. Les équipes de soins se sont d’ailleurs inspiré du Modèle pour modifier des processus afin de renforcer la collaboration interprofessionnelle. En travaillant ensemble, les différents professionnels de la santé mettent à profit les compétences et connaissances de chacun pour coordonner les soins en fonction des besoins du patient, qui reçoit ainsi des soins de meilleure qualité.

Amélioration de la sécurité des patients grâce au protocole CARD

Le protocole CARD (Cardiac Arrest with Roles Defined) vise à accroître la sécurité des patients qui subissent une chirurgie. Élaboré par une équipe multidisciplinaire de médecins, d’infirmières et d’autres professionnels de la santé, le protocole CARD s’attaque à deux problèmes fondamentaux qui peuvent empêcher une équipe de fonctionner efficacement pendant un code : la définition floue des rôles et le nombre trop élevé d’intervenants. Avec le protocole CARD, le rôle de chaque membre de l’équipe du bloc opératoire est désormais bien défini en cas de code. En effet, chacun reçoit une carte qu’il doit porter pendant la réanimation. La carte précise le rôle de l’intervenant et indique clairement ce qu’il doit faire pendant un code.

Participation des patients à la transformation du Programme de cancérologie

Cherchant à centrer davantage les soins sur le patient et la famille, les responsables du Programme de cancérologie ont formé en 2011 le Comité consultatif de patients sur la transformation du programme de cancérologie de L’Hôpital d’Ottawa. Nous avons communiqué avec 15 000 patients récents et leur famille et recruté ainsi des centaines de volontaires. Trente-six personnes ont finalement été sélectionnées au hasard pour participer à une série de réunions du Comité consultatif. L’objectif était de combiner l’expérience directe des patients et de leur famille au point de vue équilibré et détaillé de l’équipe du Programme de cancérologie concernant les capacités opérationnelles du Programme. Le Comité comprenait également des médecins, des infirmières et d’autres membres du personnel du programme qui ont contribué à cerner les priorités pouvant avoir les effets les plus spectaculaires sur l’expérience du patient. Les renseignements ainsi recueillis serviront à apporter des modifications qui amélioreront l’expérience des patients qui reçoivent des traitements contre le cancer et leur famille.

L’Hôpital d’Ottawa apporte la dernière touche au Centre de cancérologie

Nous avons terminé cette année l’aménagement du Centre de cancérologie de L’Hôpital d’Ottawa en ajoutant de belles œuvres d’art sur les murs afin de créer un magnifique espace apaisant pour les patients qui subissent des traitements. C’est Michelle Valberg, photographe canadienne primée, qui a fourni ces photographies inspirantes. Reconnue pour ses portraits bien sentis et ses paysages époustouflants, Michelle possède une combinaison magique de créativité, d’entrepreneuriat et d’esprit communautaire. Compte tenu des défis énormes que pose le cancer, ces photographies magnifiques font déjà beaucoup pour apaiser les patients et leur donner l’inspiration dont ils ont tant besoin.

L’Hôpital d’Ottawa offre des services de dépistage pour les cas à risque élevé de cancer du sein

Les femmes d’Ottawa qui sont très susceptibles d’avoir un cancer du sein ont maintenant accès à un nouveau centre de dépistage géré par le Programme ontarien de dépistage du cancer du sein. Depuis juillet, L’Hôpital d’Ottawa fait passer des tests génétiques et offre du counseling aux femmes de 30 à 69 ans qui courent des risques élevés d’avoir un cancer du sein et leur offre de passer une mammographie et une IRM du sein. Les femmes qui peuvent bénéficier de ce programme doivent répondre à des critères précis par rapport à la génétique et aux antécédents familiaux ou médicaux. Ce programme permet aux femmes à risque élevé de faire le point régulièrement sur leur santé et leur fournit les connaissances dont elles ont besoin pour poser les bonnes questions.

Lancement du Programme de bien-être au‑delà du cancer à l’intention d’un nombre croissant de patients atteints du cancer : les survivants

En fournissant des soins et du soutien aux personnes à la fin de leurs traitements, le Programme de bien-être au‑delà du cancer permet à nos patients d’obtenir les services dont ils ont besoin pour mieux gérer leur santé. Grâce aux recherches et aux percées médicales réalisées dans le traitement du cancer, beaucoup plus de patients survivent à la maladie. Nous avons donc élaboré ce programme afin d’aider les survivants à gérer leurs soins et leur bien-être et de faciliter leur transition vers leur médecin de famille et la collectivité. Dès qu’un patient est admis au Programme de cancérologie, on lui demande le nom de son médecin de famille et on lui rappelle de continuer à le consulter pour tous les soins qui n’ont pas de lien avec le cancer. Si le patient n’a pas de médecin, l’équipe du Centre de cancérologie l’aide à en trouver un. Lorsqu’il aura été dirigé vers le Programme de bien-être au‑delà du cancer, on demandera au patient de remplir une évaluation des besoins. Cette évaluation sert à identifier les besoins du patient et à l’orienter vers les ressources communautaires appropriées. Elle permet aussi aux infirmières du programme d’offrir au patient un soutien personnalisé et de l’aider à se concentrer sur les séances de groupe qui correspondent à ses besoins. Une fois les traitements terminés, le patient et son médecin de famille reçoivent un sommaire du plan de soins qui précise le diagnostic, le traitement, l’équipe de soins, le suivi recommandé, ainsi qu’un résumé des besoins établis par le patient. Notre collaboration constante avec le médecin de famille du patient facilite le transfert des soins une fois le traitement actif terminé.

Mise en œuvre du nouveau plan de soins pour une fracture de la hanche

En avril 2011, L’Hôpital d’Ottawa a instauré un nouveau plan de soins pour une fracture de la hanche fondé sur le modèle régional élaboré pour le RLISS de Champlain. Ce modèle, qui repose sur les pratiques exemplaires observées en Ontario, prévoit un plan de soins optimaux pour les patients. Depuis sa mise en œuvre, l’Hôpital a atteint son but : dorénavant, les patients ayant subi une fracture de la hanche sont opérés dans les 48 heures suivant leur admission. Nous avons également optimisé les soins afin de réduire l’incidence du délirium ainsi que les risques de nouvelle fracture par le dépistage précoce de l’ostéoporose et l’examen des possibilités de traitement avec les patients. En renseignant davantage le patient et la famille pour ce qui est des soins et du séjour à L’Hôpital d’Ottawa, nous les aidons à gérer leurs attentes et à réduire leur anxiété.