Skip over navigation

Rôle de premier plan en télémédecine dans la région

La télémédecine est un outil puissant qui permet aux patients de consulter des professionnels de la santé par vidéoconférence. Dans le but d’améliorer l’accès à la télémédecine, 15 infirmières ont été engagées en 2011 dans cinq nouveaux sites répartis dans toute la région de Champlain. L’Hôpital d’Ottawa joue maintenant un rôle de premier plan dans la coordination des services dispensés à partir d’Ottawa. L’Hôpital Général de Hawkesbury & District, le Centre de santé communautaire du Nord du comté de Lanark, l’Hôpital régional de Pembroke et le Centre de santé communautaire du sud-est d’Ottawa coordonneront le programme dans leur propre région. Quatre secteurs prioritaires ont été choisis : toxicomanie et santé mentale; troubles de santé complexes; diabète; évaluations préchirurgicales et postchirurgicales. Le programme, supervisé par le comité régional de coordination de la télémédecine, vise également à réduire les temps d’attente et à faciliter l’accès aux rendez-vous avec des spécialistes ainsi qu’à réduire les distances que doivent parcourir les patients et leurs êtres chers pour obtenir des soins, particulièrement ceux qui vivent en milieu rural.

L’HO et l’Hôpital Général de Hawkesbury fusionnent leurs dossiers de santé électroniques

L’Hôpital d’Ottawa et l’Hôpital Général de Hawkesbury & District ont collaboré avec cyberSanté Ontario pour regrouper leurs dossiers de santé électroniques dans un seul et même système. Cette mesure a facilité l’obtention de renseignements cliniques dans la région et augmenté la quantité de renseignements dans le système de L’HO. Le système donne également aux cliniciens accès à toute la gamme de données sur les patients, notamment sur les consultations, les analyses de laboratoire et d’imagerie médicale et les rapports de soins. Grâce à cet échange de renseignements plus efficace, les hôpitaux n’ont plus à refaire les mêmes tests. Nous avons également pu réduire considérablement les temps d’attente et les coûts, ce qui représente des économies de temps et d’argent pour le système de santé.

12 résidants du Nunavut reçoivent une arthroplastie

Les Drs Alan Giachino et Robert Feibel de L’HO soignent tous deux des patients dans le Nord du Canada. Après avoir constaté qu’un nombre croissant de ses patients avaient besoin d’une arthroplastie du genou, le Dr Giachino a proposé d’amener 12 d’entre eux à L’Hôpital d’Ottawa d’un coup pour maximiser l’utilisation des fonds et améliorer la qualité de leur séjour. L’Hôpital d’Ottawa, en partenariat avec l’organisme Ottawa Health Services Network et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Nunavut, a donc fait venir ces Nunavummiuts à Ottawa pour qu’ils subissent l’opération, qui n’est pas offerte dans leur région. En traitant ces 12 patients ensemble, l’Hôpital a pu les installer au même endroit, leur permettant de se tenir compagnie et de se parler dans leur propre langue, ce qui les a mis plus à l’aise. En outre, le moment des chirurgies a été prévu de façon à ne pas obliger les Nunavummiuts à manquer la saison de chasse. Vu qu’il s’agissait de la semaine de relâche du mois de mars, une période pendant laquelle L’HO réduit habituellement ses activités, l’initiative n’a pas perturbé les soins offerts aux patients ontariens.

L’Hôpital d’Ottawa se branche au Système d’information de laboratoire de l’Ontario

Pour la première fois en Ontario, les cliniciens peuvent consulter les données du Système d’information de laboratoire de l’Ontario (SILO) par l’entremise de myTOH avec le soutien de cyberSanté Ontario. En ayant accès à d’importants renseignements sur les patients, les cliniciens peuvent ainsi décider du meilleur traitement en quelques minutes, voire quelques secondes, comparativement à des heures ou à des jours, comme c’était le cas auparavant. Le SILO est un système d’information fondamental qui relie les hôpitaux, les laboratoires communautaires, les laboratoires de santé publique et les praticiens dans le but de faciliter l’échange sécurisé de données sur les demandes d’analyses et les résultats. La capacité d’échanger ces renseignements par voie électronique aide les professionnels de la santé à prendre des décisions plus rapidement sur les meilleurs soins à prodiguer à leurs patients.

L’HO et l’Hôpital de Kemptville s’associent pour offrir un nouveau programme d’arthroplastie

Un nouveau programme d’arthroplastie est né d’un partenariat novateur entre l’Hôpital de Kemptville, un petit hôpital rural, et L’Hôpital d’Ottawa, l’un des plus grands centres hospitaliers universitaires du Canada. Dans le cadre de ce programme, des chirurgiens d’Ottawa viennent pratiquer des arthroplasties du genou grandement nécessaires à l’Hôpital de Kemptville, ce qui réduit le temps d’attente pour les patients de la région et leur permet de recevoir des soins plus près de chez eux.

Les Soins mère-enfant regroupés de L’HO et du CHEO forment une grande équipe

L’HO et le Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO) ont uni leurs efforts pour mieux soigner nos petits patients et faciliter la transition entre les deux établissements pour les parents et leurs familles. En 2009, le plan du Programme régional de soins à la mère et au nouveau-né du RLISS de Champlain recommandait l’intégration de la direction clinique et administrative des services aux nouveau-nés de L’HO et du CHEO. Le Dr Thierry Lacaze a été engagé en 2010 à titre de chef de la Division de néonatalogie, et Ann Mitchell a été recrutée en 2011 à titre de directrice des Soins mère-enfant regroupés. En 2012, une infirmière de pratique avancée et infirmière praticienne en néonatologie et deux stagiaires ont été engagés pour le Programme régional de soins à la mère et au nouveau-né du RLISS de Champlain et termineront leur formation plus tard cette année. Le RLISS dirige maintenant l’intégration de la Pouponnière de soins spéciaux et des unités de soins intensifs néonataux de L’HO et du CHEO. Les employés de ces services formeront désormais une grande équipe qui leur permettra d’échanger plus facilement leur expertise et de transmettre leur passion pour les soins aux nouveau-nés de la collectivité.

L’Hôpital d’Ottawa, un chef de file dans le traitement des AVC

Depuis l’établissement du Programme régional des AVC de Champlain en 2003, on a constaté une amélioration marquée de la qualité des soins prodigués aux personnes ayant subi un AVC dans la région.

Faits saillants :

  • Réduction de 9 % du taux global d’AVC, ce qui équivaut à une baisse de 240 du nombre de personnes qui subissent un AVC chaque année
  • Réduction de 10 % du taux de mortalité à l’hôpital
  • Réduction de 13 % du taux de réadmission dans un délai de 30 jours

L’accès à des services de prévention des AVC pour les patients ayant subi un accident ischémique transitoire (mini-AVC) diminue de 80 % les risques d’AVC dans un délai de 90 jours. Au cours de la dernière année, L’Hôpital d’Ottawa a appuyé l’instauration de deux nouvelles cliniques de prévention des AVC à l’Hôpital régional de Pembroke et à l’Hôpital communautaire de Cornwall. Les données montrent clairement que le traitement de patients ayant subi un AVC dans une unité de soins spécialisée améliore la qualité des soins et réduit de 30 % les décès et l’invalidité un an après l’AVC. En janvier 2012, L’HO a regroupé les patients ayant subi un AVC au Campus Général pour créer la troisième unité de traitement des AVC de la région de Champlain.

Collaboration pour l’évaluation des titres de compétence des médecins dans la région de Champlain

L’Hôpital d’Ottawa et six des 20 autres hôpitaux du RLISS de Champlain ont participé à un projet pilote visant à normaliser l’évaluation des titres de compétence des médecins. Présidé par le Dr Jeffrey Turnbull, médecin-chef de L’Hôpital d’Ottawa, le groupe a entrepris cette initiative pour permettre aux médecins qui veulent travailler dans plusieurs hôpitaux de soumettre leur candidature à un seul et même endroit.

Chaque année, les médecins doivent faire évaluer leurs titres de compétence à l’hôpital où ils travaillent afin de confirmer qu’ils ont les permis nécessaires et la formation requise pour exercer. Par le passé, un médecin appelé à intervenir dans un autre hôpital pour un cas urgent devait faire évaluer ses titres de compétence dans cet hôpital séparément. Ce processus pouvait prendre jusqu’à une semaine, ce qui retardait la prestation des soins.

Grâce au nouveau processus centralisé, chaque demande d’évaluation sera valable dans tous les hôpitaux participant au projet pilote, et on envisage d’étendre ce processus à l’ensemble des hôpitaux du RLISS de Champlain. On éliminera ainsi le dédoublement de travail et les médecins pourront recevoir rapidement des privilèges dans un autre hôpital.

L’évaluation des titres de compétence au palier régional permettra aux médecins de travailler là où leurs services sont requis au moment où ils sont requis.

Le Centre de compétences et de simulation de l’Université d’Ottawa se démarque à l’échelle internationale

Le Centre de compétences et de simulation de l’Université d’Ottawa (CCSuO) a ouvert ses portes en octobre 2010 au Campus Civic de L’Hôpital d’Ottawa. Ce centre d’avant-garde fournit aux professionnels de la santé une formation pratique sur la meilleure façon de prodiguer des soins à leurs patients. Il leur permet de s’exercer à pratiquer presque n’importe quelle intervention ou à gérer n’importe quelle situation clinique et de mener des recherches novatrices sans danger. Offerte en collaboration avec l’Académie pour l’innovation en éducation médicale (AIME), la surspécialisation en simulation et en études médicales a connu une croissance exponentielle et acquis une reconnaissance internationale. La demande est si forte que nous avons déjà des inscriptions jusqu’en 2014. Pendant sa première année d’existence, le CCSuO a accueilli des visiteurs du Canada et de l’étranger, notamment des délégations du Pakistan, de l’Inde, de l’Arabie saoudite, de la Chine et de Hong Kong. Le Centre a également été l’hôte de la ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, qui y a fait une annonce nationale.